Puisqu’il faut bien commencer un jour…

Bien, je vous rassure, je ne vais pas mettre tout le manuscrit d’un coup (je vais étaler ça dans le temps)… Mais en tout cas, je vais vous livrer ici le prologue des Chroniques de Jayania. J’espère que cela va vous plaire.

Prologue

Jayania a toujours suivi ses rêves.
Elle ne croit qu’en une seule divinité : la Nécromancienne des Rêves. Pour elle, sans rêves, on ne peut avancer.
Avant la Guerre Divine, elle s’était enrôlée dans la Guilde des Magiciennes : elle était fascinée par ce monde occulte. Pour elle, la magie valait mieux que toutes les armes réunies.
Lorsque la Guerre Divine éclata, elle se rallia au mouvement populaire et acquis, au fil des victoires, une renommée très forte et son pouvoir était grandissant. Elle s’enfonçait dans les voies occultes.
Mais vient la défaite finale à Kal’Sturkic. Les dieux victorieux comprenaient la révolte populaire, qu’ils n’avaient pas su prévoir. Mais ils demandèrent aux chefs populaires de se séparer de ceux et celles qui représentaient un danger pour la paix.
Jayania fut du nombre. Exilée dans les forêts du Nord, elle fut obligée de limiter sa magie. Elle ne comprenait pas : elle avait rêvé de victoire et de puissance ! Ses rêves l’avait elle trahi ?
Elle passa dix ans, seule, à méditer sur son sort. Elle sentait la haine, accumulée depuis Kal’Sturkic, s’évanouir. Et un jour, elle reçut une lettre de son ami Belzoa, qui venait de se marier ; il lui demandait de revenir à Praelène, d’urgence.
Jayania sourit. Elle partit pour Praelène, ses illusions retrouvées…
Pour finir, j’essayerais de mettre à chaque fin d’article un petit clip de musique, pour vous faire écouter ce que j’écoute. Bien sûr, pour ne rien vous cacher, ce sera souvent du Rock car c’est ce que j’écoute le plus, mais des fois qui sait… ^^

A bientôt, je vous laisse avec les Electric Six et « Danger ! High Voltage! »

Antoine

Advertisements

Un commentaire

  1. Ah, enfin une histoire écrite par un garçon ou le personnage principal n’est pas un mâle guerrier un peu rustre!
    C’est toujours mieux quand c’est une héroïne! (lol, bon d’accord, j’arrête de faire ma fille deux minutes)
    Ce prologue donne un avant-goût très prometteur, je dirai même, il est « mouth-watering »! Comme je te l’ai déjà dit, on en voudrait plus. Je découvre là une histoire dans laquelle j’ai envie de me plonger exactement de la même manière que lorsque je m’offre un nouveau livre.
    Il me tarde de te lire à nouveau.
    Bravo, une nouvelle fois Antoine!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s