Mission : Impossible ?

Bonsoir bonsoir !

Oui je sais, ce titre d’article est un peu barbare pour un article qui va parler d’un roman de fantasy, mais bon que voulez vous, on ne peut pas toujours être inspiré !

Or donc, vous l’avez sans doute compris, ce premier article de la soirée va être consacré à la suite des mes Chroniques de la douce Jayania ! Je suis d’ailleurs touché que cela vous plaise !

Après la publication du début de ces chroniques, je vous raconterai comment est né ce monde des Rêves. Mais trêve d’attente, voici le Chant III des Chroniques de Jayania ! Et je te rassure Audrey, il y aura des dialogues ^^!

Chant III

Jayania et Belzoa sont arrivés à destination. Les voici dans la dimension divine.
Ils sont maintenant dans un temple, de style Byzantin. La pièce n’est éclairée que par des candélabres fixés au plafond.

« Dame Jayania ? »

Elle se retourna. Un homme d’une vingtaine d’années, habillé d’une simple tunique, semblait l’attendre.

– Elle-même, répondit-elle. Et voici mon ami Belzoa.
– Mon nom est Sa’ahdi, enchaîna l’homme en s’inclinant. Venez ! Je dois vous conduire à ma maîtresse, Jayaniakita. »

Il se mit alors à marcher, accompagné des deux amis. Ils traversèrent alors la pièce principale du Temple, pour aller à son extrémité.

« Ma maîtresse sera heureuse de vous voir en tenue rituelle, fit remarquer Sa’ahdi.
– Je ne l’avais même pas remarqué ! »

En effet, elle portait la robe rituelle, sorte de robe chinoise. Dans sa main droite, elle tenait le sceptre des Dimensions. Sa coiffure était un échafaudage de nattes et de couettes, qui faisait ressortir au mieux son visage, qui était très joli.
Sa’ahdi entra dans une pièce, en leur signifiant de l’attendre ici. Une minute plus tard, il ressortit :

« Ma maîtresse va vous recevoir, Dame Jayania. Elle accepte aussi la présence du sieur Belzoa. »

Il les fit alors pénétrer dans la pièce et referma la porter derrière eux.
La pièce était plus petite que la précédente, mais tout aussi faiblement éclairée par des bougies, dispersées tout autour. Au centre, se trouvait un grand coussin brodé, noir. Et dessus, les yeux fermés comme si elle méditait, elle était là. Jayaniakita, Nécromancienne des Rêves et déesse protectrice de Jayania. Elle était habillée d’une longue robe noire à lacets et sa chevelure était composée de deux grandes couettes, qui lui tombaient le long du ventre.
C’est alors qu’elle ouvrit les yeux et s’aperçut de la présence de Jayania et de Belzoa. Elle sourit et commença à parler

« Salut à toi, Jayania !
– Ma Dame, répondit elle en s’inclinant
– Salut à toi, Belzoa !
– Très Sainte Déesse, répondit Belzoa
– Vous m’excuserez, je l’espère, de ne pas vous parler. Mais je dois m’entretenir avec Jayania.
– Je le comprends tout à fait » Et il se retira vers le fond de la pièce.

La Nécromancienne se leva alors, prit la main de Jayania et l’entraîna sur un petit balcon.

« Tout d’abord, merci. Tu m’as toujours été fidèle même après Kal’Sturkic.
– Merci, ma déesse. Il est vrai qu’il y a eu des moments difficiles.
– En effet. C’est pour cela que je te protégeais et que je t’appelle aujourd’hui, car j’ai une pleine confiance en toi. T’as-t-on déjà mis au courant de la situation ?
– Succinctement.
Jayaniakita commença alors à raconter des souvenirs visiblement éprouvants.
– Après le désastre de Kal’Sturkic, il était clair qu’il fallait se remettre en question. Nous écoutâmes alors les doléances des fidèles. Nous avons alors décidé, lors d’une séance de l‘Agora, de nous retirer des affaires « civiles » du Monde et de montrer la Pléiade Divine sous un jour uni, comme le montre la métamorphose du « Temple » à Praelène. Dix ans passaient alors. Mais trois dieux tyranniques, Vo’Xiatir dieu du Commerce, Shliska déesse de la Santé et Raikin dieu de la Guerre, nous trouvaient trop laxistes et voulurent entamer une guerre pour soumettre les peuples du Monde à leur vouloir. Nous refusâmes tout de suite.
Ce que nous ne savions pas, c’est que l’Agora où nous discutions était encerclée par des mercenaires à la solde des tyrans, qui investirent alors l’Agora. Saria, déesse des Forêts qui était mon amie, fut tuée « pour l’exemple ». Il nous fallut choisir : se soumettre ou mourir. Beaucoup décidèrent de se soumettre. Mais nous fûmes quatre à réussir à nous échapper.
La Nécromancienne s’arrêta, les larmes dans les yeux. Jayania était horrifiée de ce qu’elle venait d’entendre.
– Bien sûr, reprit la déesse, nous avons organisé la Résistance. Mais nous ne voulons pas d’une nouvelle guerre meurtrière ! Or, Vo’Xiatir va mettre en œuvre ses plans machiavéliques…

C’est là ou j’ai besoin de toi. Tu devras arrêter ce complot avec Belzoa. Je te le demande, acceptes tu cette mission ? »
Et voila ! L’intrigue commence à se nouer… mais rassurez vous, la suite arrive bientôt ! J’espère que cet extrait vous aura plu !

Pour cet article, j’ai choisi la musique d’un magicien de la chanson française, j’ai nommé William Sheller. Je crois que c’est mon chanteur français préféré, ses textes sont toujours magnifiques… La chanson est « Fier et Fou de vous ».

A très bientôt,

Antoine.

Advertisements

2 commentaires

  1. Oh non Saria…. ça y’est je suis triste, c’est injuste pauvre déesse de la Forêt!
    C’est officiel, je suis prise dans tes Chroniques, sign up here if you’re already addicted. *taking a pen, and sign, proud of herself*
    Voilà, ça y’est, j’ai signé, et je suis accro! ^^

  2. Alors tout d’abord, désolée pour mon retard! Nan, nan, j’ai pas d’excuse, même pas celle d’écrire, vu le temps que l’on a en ce moment^^.
    Interessante la rencontre avec Jayaniakita! Cette déesse donne pour l’instant une impression de douceur et de profonde sagesse. L’histoire du conflit est également très enrichissante. Oui, la mort de Saria est marquante, même si ce n’est qu’un fait relaté mais…je vais dire quelque chose d’absoluement ignoble, sorti droit de l’esprit malade et sadique des écrivains: ça met du piment.

    Voilà voilà

    Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s