Tournent, tournent les Mondes

Si cela continue comme ça, je vais publier tout mon nouveau recueil sur WordPress avant de publier « la Valse des Mondes »… Qu’importe ! J’ai ainsi des critiques sur mon travail ! Je préfère ça, ainsi je peux retravailler mes textes (légèrement…)

Aujourd’hui, comme d’habitude deux poèmes ! Mais aujourd’hui, il n’y pas de poème « joyeux » et « triste ». Ce sont deux poèmes sur un sujet… Bizarrement, j’ai du mal à faire des poèmes sur un paysage, un objet… J’écris plus sur les sentiments. Etonnant, non ? Ceux là font un peu figure d’exception. Alors je vous les livre !

Le premier est un poème en vers, contant une vallée… Celle où j’ai passé une partie de mon enfance. J’ai vécu huit ans à Tours et, encore aujourd’hui, j’ai envie de retourner dans ce pays, qui est mon pays d’adoption… Je crois que je suis amoureux de la Touraine ! Alors, j’ai essayé de faire un poème sur elle. A vous de me dire si vous aimez !

De Pierre et d’Eau

Je chante ici de toute mon âme
Ce pays depuis longtemps chéri
Qui rend hommage à la beauté des Dames
Et aux châteaux que des rois ont bâti.

Voici, ancré sur le fleuve, tel un vaisseau,
Cette demeure à la renommée si établie
Pour laquelle se sont battues Poitiers et Médicis
Et qui porte le doux nom de Chenonceau.

Voici Amboise, embelli et détruit,
Qui possède, aujourd’hui encor, les stigmates
De la mort tragique d’un illustre monarque
Et du passage d’un esprit venu de Vinci.

Voici le plus fameux encor
Flamboyant sous les lueurs d’un soleil mutin
Et qui plût tant au redouté Charles Quint.
Le voici alors, le château de Chambord.

Et Chaumont, et Chinon, et Langeais, et Ussé…
Je souffre de ne pouvoir tous les citer.
Mais moi, je ne fais que la rêver
Alors que Rabelais et Balzac l’ont magnifiée.

De mon enfance, elle est la reine,
La douce et délicate Touraine.

8 octobre 2008
Le deuxième est assez… étonnant, même pour moi. J’ai voulu faire un poème sur les « premières fois », en piochant dans mon expérience personelle. Je pense que notre vie n’est qu’une succession de « premières fois ». Dans ce poème, ce sont surtout des situations amoureuses. J’ai eu un peu de mal à faire ce poème donc j’ai hésité à le publier… Qu’en pensez vous ?

La Première Fois

La première fois…

Cris et rumeurs d’enfants. Le premier acte prend place dans une école primaire. Des garçons et des filles tournent et jouent à ces jeux que l’on apprend à l’âge tendre. Ils chantent des ritournelles qu’adulte, il m’arrive de fredonner quand mon cœur est malade. Je me souviens, un groupe d’amis, des camarades. Et en voyant une petite fille de mon âge, la naissance de sentiments, d’émotions que ma petite âme, jeune et candide, ne connaissait pas. Soudain, d’un coup, d’un seul, elle me sourit, dépose rapidement ses lèvres sur les miennes et les retire. Flash. Ce contact n’a duré qu’une fraction de secondes, mais a fait naître en moi un bonheur inconnu, surprenant, mais intense, puissant, enivrant.

La première fois…

Les années passent, le Temps a usé de ses bienfaits et de ses méfaits, mais le cadre reste le même : cette fois-ci, c’est un lycée. Encore une fois, c’est une fille qui se trouve devant moi. Mais maintenant, je peux mettre un nom sur ces sentiments qui me bousculent. A nouveau, c’est elle qui se penche vers moi, à nouveau, ses lèvres rencontrent les miennes, mais aujourd’hui, le contact, le baiser, sure de longues secondes. Découverte. Un monde désarmant, fabuleux. Extase. En moi, tout change. Les émotions submergent mon âme, ma tête est prête à exploser. Comme coulant de ses lèvres, je bois le nectar divin, me hissant jusqu’au Septième Ciel. Nos lèvres se séparent et forment un sourire. Mais le choc, si grand, que j’ai reçu a bouleversé ma vie.

La première fois…

Changement total de décor. Je me retrouve dans l’obscurité rassurante d’une chambre à coucher, dans le cocon protecteur des draps de soie. Nouvelle découverte : deux corps dénudés, deux mondes inconnus. On laisse la pudeur de côté. J’ai peur bien sûr, de multiples questions m’assaillent. Mais la fille qui est étendue à mes côtés, douce et calme, me rassure. Elle m’enlace, m’embrasse et me murmure de merveilleuses paroles. Déclic. Et me voila parti pour une exploration approfondie de cet univers extraordinaire.

La première fois…

Quelques années plus tard encore. Le Temps file et on ne peut pas le rattraper. Et, la protégeant avec mes bras d’invisibles agresseurs, c’est ELLE. Pas besoin de longs discours ni d’interrogations stériles. Tout en elle m’irradie de bonheur, de plaisir. Elle est arrivée dans ma vie comme par magie. Et depuis, c’est comme si ma vie était tissée autour de son existence. Ai-je perdu la tête ? Qui sait… Mais mes sentiments n’ont jamais été aussi forts. Pas de toute, c’est ELLE.

La première fois…

Voila, quelques poèmes assez diférents de ce que je vous ai proposé jusqu’ici. Comme je l’ai dit, j’ai hésité à les mettre car c’est un style un peu nouveau que j’utilise (je pense). J’espère que vous avez passé un bon moment à les lire

Je vais donc vous laisser avec Bénabar et son « Effet Papillon ». Je ne suis pas vraiment fan du clip, mais j’aime beaucoup le texte de la chanson. Oui j’aime bien Bénabar !

A très bientôt,

Antoine.

Publicités

2 commentaires

  1. Le 1er sur le paysage est superbe! Très bien écrit! Sincèrement, une belle description qui nous emporte!
    Cependant, moi aussi j’écris plus sur les sentiments que sur les paysages!

    Le 2e, les premières fois est adorable! J’aime beaucoup le petit baiser dans la cour de récréation. Que de souvenirs ces bisous enfantins, si innocents et purs!

    J’aime comme à chaque fois!

  2. Les émotions nourrissent les sentiments, l’inspiration, l’écriture. Je me souviens aussi de la touraine et de ces châteaux uniques, pour les avoir visité en enfant-touriste. Mais je n’ai pu y demeurer assez longtemps pour capter son essence et m’imprégner de son histoire.
    Très beau poème ô combien émouvant.

    La suite, ces poèmes liés à ton vécu, il est touchant de les lire. Voilà aussi qu’une part intime de toi se dévoile. Ces premières fois, nous nous en souvenons toujours.
    Je n’en ai pas vécu beaucoup de ce genre, juste ce baiser d’enfant qui est venu bien plus tard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s