Like the Wheel of Fortune…

Bonsoir bonsoir !

Oui, je sais. Je devais être à une soirée. En fait, boulet comme je suis, elle est demain. Donc me voila chez moi au lieu d’être à une soirée… Oui, vous pouvez vous moquer de moi y’a de quoi !

D’ailleurs, mesdemoiselles Myrina et Audrey ont publié sur Facebook les photos de jeudi après midi, et j’y suis… euh… original ! Les mesdemoiselles par contre y sont très jolies. A propos, si la rue Sainte Cath’ est fermée, c’est qu’un immeuble menace de s’écrouler, dixit ma mère. Aïe.

Donc, aujourd’hui, vous avez le droit à votre dose quotidienne de Jayania ! Je te rassure chère Myrina, la Nécromancienne est encore vivante ! Dans une mauvaise posture certes, mais vivante !

Voici donc le chant VII qui est l’avant dernier avant la fin de la partie écrite de mon livre. J’espère que vous allez apprécier !

Chant VII

Le soleil levant éclairait de ses rayons naissants la grande Bibliothèque d’Eleusis. Après quelques jours de marche, Jayania, Belzoa et Yunalesca arrivaient à leur première étape dans leur quête des orbes de pouvoir.
La bibliothèque d’Eleusis était impressionnante. De proportions gigantesques, elle contenait un exemplaire de chaque livre publié. Un sort magique permettait que, pour chaque nouveau livre écrit dans le monde, un exemplaire arrivait et était classé dans les rayonnages de la Bibliothèque. La Grande Bibliothèque d’Eleusis pouvait ainsi se vanter de posséder le catalogue de livres le plus exhaustif au monde.
C’est dans cette bibliothèque que Jayania, Belzoa et Yunalesca espéraient trouver des indices dans leur quête des orbes de pouvoir. Depuis leur fuite de Spira et la capture de la Nécromancienne des Rêves, ils ont pris la route de la Bibliothèque et ont filé vers Eleusis. Leur voyage fut direct et sans histoire, ce qui étonna un peu Jayania qui pensait que Vo’Xiatir aurait lancé ses légions à leur poursuite. Pendant le voyage, Yunalesca leur raconta son histoire.
Son enfance fut heureuse jusqu’à la Guerre divine. Alors que Kal’Sturkic approchait, Raikin décida, seul, de lancer ses berserks sur un village isolé, Kiery. Kiery, c’est la ville qu’habitait alors Yunalesca. Elle seule échappa à la folie meurtrière des berserks de Raikin. Et alors qu’elle avait perdu tout espoir de s’en sortir seule, Jayaniakita est apparue et elle l’a recueillie, l’a éduquée. Depuis, elle est toujours restée avec la Nécromancienne.
Et voila qu’ils sont devant la Bibliothèque d’Eleusis. Jayania lança un dernier regard vers Spira, puis entra dans la Bibliothèque, suivie de ses deux compagnons…

« Alors ça, jamais ! Plutôt mourir ! »
La voix de la Nécromancienne des Rêves tonnait dans les murs de sa cellule. Enchaînée dans les oubliettes de son propre château, elle toise avec dédain celui qui lui fait face.
« Tes idées sont folles et tordues, Vo’Xiatir ! Jamais je ne participerais à tes folies !
– Je crois que tu n’as pas beaucoup le choix, Jayaniakita, répliqua Vo’Xiatir. Tu n’es pas vraiment en mesure de négocier ! »
Il fit quelques pas en direction de la Nécromancienne, s’approcha de son visage et lui réitéra ses exigences.
« Acceptes, Jayaniakita ! Et je te promets qu’aucun mal ne te sera fait !
– Comment pourrais-je avoir confiance en tes promesses ? De toutes façons, nous avons des alliés au dehors qui vont précipiter ta chute ! »
Le Dieu du commerce sourit de plus belle et regardait la Nécromancienne avec condescendance.
« Tu veux sûrement parler de ta petite protégée ? Je te garantis qu’elle ne m’échappera pas longtemps ! Mais soit ! Tu m’obliges à employer la manière forte ! »
A ces mots, un serviteur s’approcha et tendit à Vo’Xiatir un coffret, que celui-ci ouvrit. En voyant le contenu, Jayaniakita comprit que ses ennuis ne faisaient que commencer …

« Qu’elle est jolie ! », se disait Hettar, archiviste de la bibliothèque d’Eleusis.
Il a commencé à se dire ça lorsqu’il avait vu pour la première fois Jayania. Ils se trouvaient dans la salle des grimoires de la Bibliothèque, où Hettar les avait conduits lorsque Jayania, Belzoa et Yunalesca lui avaient demandé des informations sur la légende de Torak.
« Il se trouve que nous possédons un grimoire qui parle de cette légende, le Codex Inamurantas, avait répondu Hettar. »
A présent, Jayania essayait de décrypter les premières pages du Codex, qui était écrit dans un langage ancien. Belzoa regardait attentivement les étagères de l’immense Bibliothèque d’Eleusis. Quant à Yunalesca, elle était assise dans un coin, en train de méditer.
« Pardonnez ma curiosité, gente dame, mais pourquoi faites-vous des recherches sur la légende de Torak ? demanda l’archiviste de la Bibliothèque. »
Jayania tourna les yeux vers lui, le toisa et décida de tout lui raconter.

Quand elle eut fini, Hettar la regardait d’un air incrédule.
« Vous avez beaucoup d’imagination, mais je ne crois pas un mot de ce que vous dites ! Il est impossible que… »
Il fut interrompu par un cri. Un hurlement de terreur. Suivi d’un râle d’agonie.
Le berserks de Raikin étaient rentrés dans la Grande Bibliothèque d’Eleusis…
Voila voila ! L’intrigue avance prudement, mais surement. La fine équipe va-t-elle réussir à s’enfuir ? La suite prochainement !^^ En espérant que vous avez apprécié ce passage !

Je vais vous laisser, sur cette vidéo de musique… classique. Ce sont les premiers morceaux de « Carmina Burana » de Carl Orff, à sacoir « Ô Fortuna »  et « Fortuna Plango Vulnera », sous titrés en latin et en anglais. Et oui, je n’écoute pas que de la musique rock/métal ^^

A très bientôt,

Antoine.

Advertisements

Un commentaire

  1. Pourquoi retient-il la Nécromancienne?
    Beaucoup d’avancées et d’action dans ce passage, j’aime beaucoup! Il me tarde comme à chaque fois de lire la suite! Et dire que je suis censée avoir quasiment fini Eclipse, que nenni, me voilà happée par la lecture de tes Chroniques! Et ce pour mon plus grand plaisir comme à chaque lecture!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s