« I’m sure in my heart, happy and free. You’re the one, you’re the one, you’re the one for me. »

Hier après midi, je suis passé au travail de ma mère (elle tient une agence immobilière, près de Bordeaux) et un client est arrivé pour donner ses clés pour d’éventuelles visites, car il vendait sa maison. Après quelques minutes de discutions, il avoue qu’il a trouvé une maison dans une ville qui s’appelle La Riche. Ce nom a fait « Tilt » :  je me permis alors de lui demander si c’était la ville qui se situe dans la banlieue de Tours. Il me répondit que oui. Et nous avons eu, avec lui et mère, une discution sur la région tourangelle. Le lendemain de la publication de mon article sur Tours. Etonnant, non ?

Enfin, après cette parenthèse où je raconte ma vie, repartons dans la Valse des Mondes… Comme d’habitude, deux poèmes, que je qualifierais d’oniriques. Vous allez comprendre pourquoi !

Le premier, qui s’appelle « Fantasie Nocturne », a été composé de nuit. J’ai essayé de décrire le paysage que je voyais de ma fenêtre, d’une façon différente de ce que je faisais avant. Voici ce que ça donne.

Fantaisie Nocturne

Dans le Ciel, scintillent les Etoiles.
Eclats de feux d’artifice accrochés
Au Firmament. Comme les auréoles
Des Anges du Paradis.

La Lune, belle et pleine, est là
Aussi. Ronde comme les notes d’un Violon,
D’une pâleur extrême à faire rougir
Les plus exquis défunts.

Au loin, les rumeurs de la ville.
Cliquetis classique de la nuit tombée.
Une fourmilière abreuvée sans relâche
Par d’extraordinaires et innombrables insectes.

Et moi, dans ma chambre de poète,
Cocon doux me protégeant du malheur,
Adossé au rebord d’une simple fenêtre,
Je rêve.
Le deuxième est né d’une volonté. Depuis tout petit, je suis passionné par les mythologies du monde, avec une petite préférence pour les égyptienne et grecque. Je voulais composer un petit poème sur cette passion de la mythologie, et il en est né « Cosmologie »

Cosmologie

Dans le Ciel, étoilé désormais, je perçois
Le domaine des Dieux, la résidence du Zodiaque,
Le nid des constellations. Et je me prends à rêver,
Alors que je suis, dans la nuit, étendu dans l’herbe.

Je perçois la colère d’Héra, tremblante,
Eructante, contre son mari le Roi des Dieux,
Car, guidé par Vénus, il a encore décidé
De passer la nuit hors de chez eux.

Assis, tranquille, le teint pâle comme la mort,
Osiris toise les défunts qui défilent devant lui, alors que
Thot, le sublime Dieu à tête d’ibis, consigne dans
Ses carnets le moindre des jugements prononcés.

Dans un coin, la pendule des Signes se fait entendre
Annonçant de manière claire au grand Scorpion
Qu’il va falloir laisser, le plus rapidement possible,
Sa place au cavalant Sagittaire.

Soudain, j’aperçois qu’une bagarre éclate.
Le Dragon et le Rat se querellent violemment
Pour des broutilles, encore. Ah, je vous jure,
Ces deux-là se mènent la vie dure !

Et encore, je distingue sans trop de peine
La majestueuse Orion qui de tous ses feux brille
Et à ses côtés le puissant Centaure, accroché bien solidement
En haut, tout en haut du Firmament.

Quand on prend la peine de lever les yeux au ciel,
Certes, on peut distinguer que c’est un joyeux foutoir !
Mais, au-delà, c’est au moins dix mille ans d’Histoire
Qui se bousculent chaque jour au dessus de nos têtes.

Et, allongé dans le pré, je fais un songe.
C’est que, peut-être, dans quelques temps,
Il me sera permis d’entrer dans ce Lieu Saint
Et, ô bonheur, de rencontrer tous ces hauts personnages.
Voila, je suis curieux de savoir ce que vous pensez de ces poèmes ! Avez vous aimé ? Ou au contraire détesté ? Donnez votre avis !

Pour finir en musique, je vous mets un extrait d’un live sur Arte. L’interprète est Tracy Chapman, que j’adore personnellement. La musique est « You’re the One », ce n’est pas sa plus connue, mais c’est ma préférée !

A très bientôt,

Antoine.

Publicités

Un commentaire

  1. J’aime bcp Fantaisie Nocturne!! Surtout le pasage suivant :
    « Et moi, dans ma chambre de poète,
    Cocon doux me protégeant du malheur,
    Adossé au rebord d’une simple fenêtre,
    Je rêve. »

    Je sais, j’en reviens toujours à lui, désolée, mais c’est mon poète préféré avec Shakespeare. Ce passage fait penser à ces vers de Musset, simples, beaux :
    « George est dans la chambrette
    Entre deux pots de fleurs
    Fumant sa cigarette
    Les yeux baignés de pleurs ».

    Bref, tout ça pour re que j’aime l’image du poète rêvant près de sa fenêtre!
    Ton 2e poème est génial, j’adore cette histoire des Dieux racontée en vers!
    Bravo encore une fois tu nous emporte vers de mondes intérieures qu’il est fort intéresant de visite en ta présence!

    Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s