Sainte, saine et savante

Je vous parlais vendredi de mon amour pour la bonne ville de Tours, son histoire, ses souvenirs et tout ça. Et bien, tant qu’à raconter mon histoire, se mélant avec celle des villes, je vous propose de continuer mon périple français. Dans l’été 1997, alors que je goutais aux joies du soleil dans la campagne tourangelle, j’apprends que je vais devoir déménager. Je savais ce que cela voulait dire, j’avais déja déménagé (2 fois, pendant ma première année, donc aucun souvenir), mais tous les souvenirs que j’avais, tous les amis que j’avais, c’était à Tours. Vous pensiez bien que je n’étais pas vraiment joyeux… Et c’est alors que je suis parti pour la préfecture de la Vienne, la capitale du Poitou-Charentes, j’ai nommé… Poitiers.

Petit que j’étais, j’ai immédiatement détesté cette ville… il n’y avait même pas de Fnac ! Avec le recul aujourd’hui, il faut modifier mon jugement : il y avait des choses à faire à Poitiers, historiquement parlant, et j’y ai passé de bons moments ! Mais, dans l’esprit d’un petit garçon de neuf ans, arraché à sa ville qui l’a vu grandir, Poitiers, c’était comme le bagne.

Je n’habitais pas dans Poitiers même, mais dans une ville limitrophe, dont le nom est Mignaloux – Beauvoir. Un petit village, qui ressemblait en tout point à Chanceaux sur Choisille… mais ce n’était pas Chanceaux. Enfin, une petite ville mignone, avec des promenades à faire et à côté de Nouaillé-Maupertuis. Ce vilage est un haut lieu de l’Histoire, car c’est le théâtre de la « Seconde Bataille de Poitiers », qui eut lieu durant la Guerre de Cent ans, et où le roi de France Jean II le Bon fut fait prisonnier des Anglais.

Poitiers en elle même, est une ville médiévale. Il reste un grand nombre de vestiges de cette période et des maisons médiévales en plein centre ville (ce qui est assez joli !). Beaucoup d’églises médiévales, dont la grande église Notre Dame la Grande… Et puis, ne l’oublions pas, à quelques kilomètres de Poitiers, le Futuroscope, qui n’est pas un parc d’attractions à sensations comme Disneyland, mais qui est, ma foi, très instructif.

Et puis, à Poitiers, c’est là où je suis entré au… Conservatoire Régional de Musique. Je peux vous dire que c’était assez impressionnant ! Mais à Poitiers, comme une malédiction à l’époque… à 14h30, il n’y avit pas grand monde dans les rues ! Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais la ville en elle même était assez vide. Comparé à l’activité qu’il y avait à Tours, l’enfant que j’étais était franchement déçu ^^.

Enfin, je suis entré au Collège et je commençais à apprendre à aller à l’école un peu plus loin de chez moi ! Et en 2000, en octobre, je devais encore déménager. La rupture fut moins douloureuse que pour Tours, mais elle fut dure quand même. Et ironie du sort, le jour où je partais s’ouvrait à Poitiers… la Fnac, sur les restes d’une villa gallo romaine que la municipalité a dynamité pour l’occasion.

Ce que je veux dire, pour conclure cet article, c’est que Poitiers est néanmoins une belle ville, à visiter si l’on est féru d’histoire ! Mais voilà…

Bon, je vais finir cet article où j’étale un peu trop ma vie qui n’est pas forcément intéressante ! Je vous laisse donc avec « Video Killed The Radio Star » des Buggles. Pour la petite histoire, ce clip fut le tout premier que diffusa, à son lancement, la chaîne musicale MTV.

A très bientôt,

Antoine.

Advertisements

Un commentaire

  1. 1997 : *mode Fanson on* Ouéééé c’est l’année de sortie de M.O.N!!! *mode Fanson off*

    Pardon, je n’ai pas pu résister… Oui je sais, c’est débile! J’assume la part de débilité qu’il y a en moi lol!
    Poitiers, je n’y suis jamais allée que pour … le Futuroscope. Oui je sais, c’est honteux. Mais, j’ai toujours été sûre d’une chose, je n’aimerai pas vivre là-bas. Je suis terrible moi, à cause de mon aversion (enfin, non, pas si fort, ça s’est apaisé) pour Paris (c’est une longue histoire) il y a bcp d’endroits que je n’aime pas parce-que ça me rappelle cette prison d’ou je voulais m’échapper qu’était Paris, le Nord, pour moi. C’est bête je sais. D’ailleus quand je vais à Paris, ce n’est que pour les expositions. Au bout de 2 jours, j’ai l’impression d’étouffer, il faut que je rentre en Aquitaine.
    En ayant grandi, ça passe petit à petit. Surtout qu’en plus aujourd’hui j’apprécie la visite de villes médiévales, de nouveaux endroits que je ne connais pas. Et comme on dit, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s