The Sign of the Cross, the Name of the Rose…

Alors que je suis en train de lire le livre « Comment voyager avec un saumon ? » de Umberto Eco (si vous le pouvez, lisez le ou achetez le, c’est vraiment bien !), je me suis dit qu’il fallait que je reparle du livre de cet auteur génial, le Nom de la Rose.

« Les simples ont quelque chose de plus que les docteurs, qui souvent se perdent à la recherche des lois les plus générales. Ils ont l’intuition de l’individuel. »

Sous couvert d’un manuscrit retrouvé, que Eco dit seulement retranscrire, c’est une véritable enquête policière dans une abbaye qui commence… Prenant, passionnant !

Mon ami Wikipédia dit ceci sur le livre :

En 1327, alors que la chrétienté est divisée entre l’autorité du pape Jean XXII et celle de l’Empereur Louis IV du Saint-Empire, l’ex-inquisiteur Guillaume de Baskerville se rend dans une abbaye bénédictine, située entre Provence et Ligurie, accompagné par son novice Adso qui est le narrateur de l’intrigue. Dans un climat de conflit théologique entre les franciscains et l’autorité pontificale au sujet de la pauvreté du Christ – servant avant tout de façade au conflit politique entre le pape et l’empereur – l’ancien inquisiteur doit reprendre sa charge à la demande de l’abbé, à la suite de la mort suspecte d’un des moines. Rapidement, ce que beaucoup semblaient considérer comme un suicide prend des allures de plus en plus inquiétantes. Lorsque l’inquisiteur dominicain Bernardo Gui se rend à l’abbaye à la demande du pape, et commence à se mêler à l’enquête, cela est loin d’arranger les choses…

« Il est des moments magiques, de grande fatigue physique et d’intense excitation motrice, où surgissent des visions de personnes connues par le passé … surgissent pareillement des visions de livres non encore écrits. »

Mais le Nom de la Rose, c’est aussi un film magnifique de Jean Jacques Annaud, avec mister Sean Connery dans le rôle de Frère Guillaume de Baskerville. Dieu, qu’il joue bien ! Le film, loin de trahir l’esprit du livre, le retranscrit avec beauté et force… Connery est plus vrai que nature, Adso de Melk est très bien interprété… bref, un grand moment de cinéma…

« La science ne consiste pas seulement à savoir ce qu’on doit ou peut faire, mais aussi à savoir ce qu’on pourrait faire quand bien même on ne doit pas le faire. »

Je vous laisse pour aujourd’hui sur cet article. Et justement, voici la première partie du Nom de la Rose, visible sur Dailymotion.

A très bientôt,

Antoine.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s