« Since I am dead, I can take off my head… »

Bonsoir bonsoir !

Bon, chose promise, chose dûe (je pense !). Je vous disais hier soir que j’étais très très heureux, et que j’allais vous dire pourquoi demain (Tout pour appâter le lecteur… tu es tombé bien bas Antoine !). Donc voila, je me suis mis en couple. Oui, je mets un terme à de longs mois de célibat, et la damoiselle que j’ai choisie (et qui m’a choisie hein !) c’est… *roulements de tambours* Myrina.

Comme je ne l’avais pas vue hier, j’ai un peu attendu pour le clamer urbi et orbi. Mais maintenant, c’est fait, c’est sûr et… woaw ! So great ! Wonderful… Enfin, me voila en couple et heureux ! Yahou !^^

Bon, après avoir fait étalage de mon bonheur, je vais reprendre un fil un peu plus normal… Vous n’aurez le droit aujourd’hui (et je m’en excuse) que deux articles. Commençons donc par la genèse de notre chère Nécromancienne !

Le deuxième poème, celui que je vais vous livrer, a été écrit, à peu près, le 21 juin 2005 (merci Skyblog !) et se place ce coup ci du point de vue de la Nécromancienne des Rêves. Le voici donc ! Comme le précédent, il est paru dans Démons et Merveilles, alors merci de ne pas le copier !

La Nécromancienne des Rêves

Un Temple, éclairé par les cierges.
Je suis assise sur un autel, des bulles descendent près de moi. Chaque bulle est une ébauche de rêve, que je modèle à ma guise.
Je suis la Nécromancienne des Rêves.
D’une main, d’un geste, je fais naître les Paradis les plus exotiques ou les Enfers les plus horribles.
Suis-je manipulatrice ? J’aime à faire espérer les âmes les plus sensibles, à affaiblir les plus brutes.
Tiens, je vais m’amuser. Je vois un petit pays des Merveilles. J’empoigne mon sceptre et j’enfante des monstres. Ne jamais laisser un homme trop rêver, mais le faire douter, le déstabiliser.
Pourquoi ? S’il rêve de trop belles choses, le choc sera trop rude avec la Réalité.
Je suis seule, rien ne me trouble. Je modèle les rêves, les cauchemars. Dans un sens, je contrôle les esprits.
Certains s’en remettent à leurs rêves. Ils leur vouent presque un culte. Le Culte Des Rêves… Belle Utopie !
Tiens, celui là est intéressant ! Presque jamais de rêves, ni de cauchemars… Il pense à lui ! Mais pas à sa juste valeur, il se dénigre trop. Je n’arrive pas à le déstabiliser.
Il a une grande force mentale
Il est séduisant
Il me plait.
Viens à moi ! Traverse le royaume de tes rêves et viens rejoindre Jayaniakita, la Nécromancienne des Rêves !

Le monsieur qui va la rejoindre étant celui du premier poème. J’aime bien vous parler des débuts de Jayaniakita. J’ai l’impression de la faire vivre une deuxième fois !

Et voilà pour cet article ! La musique d’aujourd’hui sera… « Black Betty » du groupe Ram Jam !

A très bientôt,

Antoine.

Advertisements

2 commentaires

  1. Mais qui est donc cette Myrina? N’est-elle pas petite, avec un manteau rouge?
    hmmm, mince alors, moi qui voulait te jetter un charme, raté, on m’a devancé!

    Comme j’aime tes poèmes, comme j’aime le plaisir que prend la Nécromancienne à jouer avec les rêves des gens!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s