« The taste of life I can’t describe »

Bonsoir à tous !

Peu à peu, je me rends compts que j’ai tellement de projets, tellement de rêves, tellement d’envies qu’il fudrait que je les note, pour les réaliser un jour… J’avoue que c’est en lisant un article de Myrina que l’envie d’écrire ces quelques mots.

Je rêve de passer mon temps avec ma lovely girl, qui m’a réappris le mot aimer et m’a tiré des sombres pensées qui composaient ma vie alors. Depuis que je suis avec elle, ma vie est un rêve éveillé, et je voudrais tant que ce songe continue encore, et encore… L’amour est un don quand cela vient d’elle, et tout en elle me touche, m’illumine, me transforme… Je l’aime, de tout mon coeur.

Je rêve d’aller en gare de Bordeaux Saint Jean, et de prendre le train jusqu’à Tours, revivre les émotions de mon enfance, remonter le cours de la Loire et revisiter tous ces chateaux, ces lieux enchanteurs qui ont bercé mes jeunes années. Retrouver cette ambiance qui baignait le petit village qui m’a vu grandir…

Je rêve de prendre le train et de monter à Paris, voir Kokoro et Belby, qui sont mes amis proches, depuis quelques temps déjà. J’aime tellement les moment que je passe avec eux, remplis de joie, de rires… Et dans mes bras, il y aura ma lovely girl, que j’amènerai avec moi, si elle le veut…

J’aimerais que la Valse des Mondes soit publié et ai du succès. Finir les Chroniques de Jayania et que David Eddings m’envoie une lettre me disant qu’il aime ce que je fais. Je rêve d’écrire, composer à quatre mains, avec David et avec Myrina, écrire avec elle… J’aimerais que mon groupe de musique marche et donne quelques concerts, et transmettre à quelques personnes ma passion du violoncelle.

J’aimerai visiter le Japon, sous toutes ses coutures, ses coutumes, ses visages, et rencontrer CLAMP et leur dire à quel point leurs livres ont changé ma vie. J’aimerai aller en Egypte, sur les traces de cette civilisation millénaire qui m’a éveillé quand j’étais petit.

J’aimerai aller voir en concert Rammstein et Oomph!, ces groupes qui m’ont donné le gout du métal, qui m’ont façonné et dont je connais chaque parole par coeur. Eux qui m’ont abreuvé de musique et de poésie, malgré la barrière de la langue qui m’a valu bien des déconvenues…

J’ai tant d’autres rêves, j’aimerais devenir journaliste, réussir dans ma vie… Mais ces rêves sont ceux qui me tiennent à coeur. Et j’aimerais vraiment, vraiment que my lighting star, my lovely girl soit heureux avec moi… car je l’aime.

Je vais vous livrer un petit poème, que j’avais écrit, alors que j’étais encore célibataire. Et aujourd’hui, il a une signification  particulière, vraiment particulière…

Contemplation

Matin.
Quelques rayons de lumière traversent les volets et éclairent faiblement ma chambre. Mon sommeil prend alors fin, mes yeux s’ouvrent doucement, les derniers souvenirs des songes de la nuit se dissipent, avant que j’aie pu les ancrer dans mon esprit. Je me relève doucement et pose mon regard à côté de moi.

J’aperçois ma bien aimée.

Tout du moins, je la distingue, car la lumière n’éclaire pas assez pour que je puisse tout à fait la voir. Mais je n’en souhaite pas plus. Je prends un délicat plaisir à essayer de percevoir les contours de son corps, les effleurer par l’esprit, non par le toucher pour éviter de réveiller cette beauté endormie.
Sa respiration est régulière, douce et faible. Je n’entends que cela, dans le silence absolu de mon antre. Quelques effluves de son odeur parviennent à mes narines, qui s’en emparent aussitôt et s’en délectent. Je goûte à chaque moment de ce plaisir qui n’appartient qu’à moi.
Je me penche doucement vers son visage, lui déposer un baiser d’amour sur ses douces lèvres, mettant ainsi fin à ce bonheur solitaire. Elle se réveille tout doucement, me sourit. Puis elle m’oblige à me recoucher et se blottit contre moi. Je sens son cœur contre le mien, je ressens son battement au plus profond de moi. Mes doigts caressent maladroitement ses cheveux, ses bras m’enlacent. Je referme mes yeux, pour profiter au mieux de ce moment magique, et de ma contemplation silencieuse d’il y a quelques instants, jouissance secrète et égoïste, car elle n’en saura jamais rien…
Je pense à elle… rien qu’à elle… Est-ce ça, le pouvoir de l’Amour ? ^^

Je vais vous laisser ce soir avec le morceau « We Carry On » du grand groupe Portishead.

A très bientôt,

Antoine

Publicités

Un commentaire

  1. Ce poème, je le trouvais très beau et l’avait déjà lu.
    Moi aussi, j’ai envie de composer avec toi, passer du temps encore et encore avec toi, voayger avec toi, partager des choses, des paysages, des odeurs, des sons, des musiques… Tout plein de choses.
    Je t’aime!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s