Le DLC, ou Délire Légèrement Consumériste

Amis lecteurs, amis gamers (les deux n’étant pas incompatibles), mon âme entière de vieux geek aigri hurle à la mort en voyant les dérives mercantiles de certains éditeurs de jeux ! Révoltons nous ! Unissons nous !

Euh, bref, reprenons depuis le début ! Bonjour, comment allez vous ? ^^

Je viens aujourd’hui sur mon Blogpaper en tant que geek certes, amateur de bons jeux, cela va de soi, mais surtout en tant que passionné qui n’a pas énormément de sous à consacrer à l’achat de jeux vidéo, ou alors en occasion. Alors, quand je trouve Myst à 2,99 $ chez Good Old Games, j’achète ! Quand Valve propose, sur Steam, un pack Left 4 Dead 1 et 2 à 10,19 €, j’applaudis ! Mais, tout n’est pas rose dans le monde du jeu ! Outre les DRM de plus en plus sophistiqués que les éditeurs planquent dans leurs jeux PC (les consoleux ont la chance d’échapper à ce détail qui peut être très, très énervant), c’est une nouvelle mode qui touche le secteur vidéoludique : j’ai nommé le DLC, ou Dowloadable Content : le contenu téléchargeable.

Quoi qu’est-ce ? Un contenu téléchargeable est un ajout à un jeu, qui sort après la sortie officielle du jeu, qui permet de rajouter un petit quelque chose au jeu de base. Il peut être gratuit ou payant, peut permettre de rallonger la durée de vie d’un jeu de quelques heures… ou pas.

Sur le principe, l’idée n’est pas mauvaise, si tant est que l’on prenne des éditeurs scrupuleux et des jeux finis… mais vous allez voir que ce n’est pas toujours le cas.

Prenons un DLC conçu pour Grand Theft Auto IV, The Ballad of Gay Tony. Un DLC vendu, sur le Xbox Live, pour la somme de 20 €. Cela peut paraître cher, mais c’est un DLC qui offre plus de 10 heures de jeu additionnel, une nouvelle intrigue scénaristique… Bref, c’est un DLC dont l’existence et le prix peut se justifier.

Maintenant, prenons le jeu Empire : Total War, jeu que, au demeurant, j’affectionne. En vous promenant sur Steam, vous vous apercevez que des DLC existent. Et là, vous tombez sur des unités « spéciales », qui pourraient très bien être implantées dans le jeu de base et que vous payez… 2,99€. Déjà, je trouve ça très limite.

Mais le plus… stupéfiant reste le cas de Resident Evil 5, sorti il y a quelques temps. Ainsi, quelques mois après la sortie du jeu, Capcom annonce l’arrivée d’un mode versus. Joie. Mais payant, à savoir 5 € sur le Playstation Store et le Xbox Live. Les dents grincent, pourquoi Capcom n’avait pas implanté cette fonction directement dans le jeu ? Et pourquoi le payer ? Mais le comble fut quand, lorsque les joueurs ont acheté le mode, ils se sont rendus compte que le téléchargement de ce mode ne faisait que 2 ou 3 mégaoctets. Donc, le mode était déjà présent sur le disque. Et payer 5 € pour une clé, c’est fort de café.

Tout cela pour dire que le DLC, s’il n’est pas condamnable en soi, peut vite virer au pur mercantilisme entre les mains d’éditeurs peu scrupuleux. Imaginez un jeu d’aventure dont on devrait acheter la fin pour la connaître. Un FPS où il faudrait acheter séparément les armes ? Ou devoir acheter chaque ligue de football dans FIFA ?

FIFA 11, justement, propose un DLC apportant un nouveau mode de jeu, le mode Ultimate Team, pour 5 euros. Soit. Or, dans un autre jeu d’EA Sports, à savoir NHL 11, le même mode de jeu est présent mais… gratuit. Faut il y voir un lien avec les ventes correctes de NHL et juste exceptionnelles de FIFA ? C’est un pas… que je franchis allégrement.

Operation Anchorage, DLC du jeu Fallout 3, célébré comme le plus mauvais DLC de l'année...

Sur ce, je vais vous laisser… et jouez bien !

A très bientôt,

Antoine

Advertisements

2 commentaires

  1. Le plus mauvais DLC ? Quid des packs de 4 maps de CoD:MW 2 à 15€ sachant qu’une des 4 est tirée du volet précédent ?
    :p

  2. C’est moi le vieux geek aigri :p
    Sinon, les DLC et autres abus d’éditeurs ne sont pas franchement réjouissants, mais pas franchement surprenants non plus en réaction face au téléchargement illégal massif de jeux(Rappelez-vous de Starcraft 2, en trois parties avec son mode LAN sur des serveurs entièrement hébergés chez Blizzard). Qui a dit que le nazisme capitalisme digne Lucas Arts était terminé ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s