[Chronique Livre] Gagner la Guerre, de Jean-Philippe Jaworski

Avant de vous plonger dans cette chronique littéraire, je vous souhaite à toutes et tous une très bonne année 2011. Plein de bonnes choses dans tout ce que vous allez vivre et que tout ce que vous souhaitez réussisse. Et pardon de mon long silence mais vous savez, quand vous n’avez pas grand chose à dire, il vaut mieux s’abstenir !

Bref, aujourd’hui, je voulais vous livrer mon avis sur ma dernière lecture, qui est déjà sorti en 2009, mais bon, j’ai toujours un train de retard ! Il s’agit d’un livre de l’auteur français Jean-Philippe Jaworski, il s’agit d’ailleurs de son premier roman. Il s’agit de Gagner la guerre.

 

Couverture de l'édition princeps, chez Les Moutons électriques

 

Beaucoup ont vendu ce livre quand de la fantasy. Dans un sens, c’est vrai, car il y a quelques apparitions d’elfes et de magie. Mais ces quelques marqueurs sont rapidement enlevés car au fil des 700 pages d’intrigue, on se retrouve avec un roman assez atypique. On suit les aventures d’un petit truand, Benvenuto Gesufal, au service d’un haut dirigeant de la République de Ciudalia, le podestat Léonide Ducatore. A son service, il va devoir régler les différents problèmes politiques que va rencontrer le podestat. Au fil du récit, Benvenuto va se retrouver dans des intrigues de plus en plus complexes, où il va devoir non seulement tirer d’affaire son patron, mais surtout sauver sa peau…

Pour un coup d’essai, c’est véritablement un coup de maître. Jaworski livre à travers ce roman une multitude d’intrigues politiques qui fait le sel de l’histoire. On pourrait réellement considérer que Gagner la guerre est un roman politique, car c’est véritablement le coeur même de la cité de Ciudalia, cette politique qui dirige la vie de cette République, malade de ses querelles et de ses déchirements. C’est là que ce roman est une merveille. On se croirait réellement plongé dans le monde de Ciudalia, de Bourg-Preux, Vieufié. On assiste à des manoeuvres politiciennes comme si l’on était les spectateurs privilégiés de ces tractations.Des rebondissements à n’en plus finir… On croit que c’est la fin des rebondissements et l’on croit voir l’issue de l’histoire… Et bien non ! Jaworski trouve toujours un moyen de nous surprendre.

Et la langue… Gagner la guerre est un bijou d’écriture, par les mots qu’emploie l’auteur, le langage de Benvenuto, les descriptions toujours pertinentes, les niveaux de langage différents selon les personnages. Comme par exemple l’argot des bas-fonds de Ciudalia, trésor d’inventivité et de poésie de coquins. Lire ce livre est réellement plaisant et l’on n’est pas effrayé des 700 pages à lire, tant il est plaisant de se plonger dans ces pages merveilleusement écrites.

Au final, Gagner la guerre est un must have, un livre à posséder absolument, et pour moi, un énorme coup de coeur, comme je n’en ai pas eu depuis bien longtemps. Avec ce livre, Jean-Philippe Jaworski nous prouve que la Fantasy française n’est pas morte, bien au contraire. Il est, à l’évidence, un auteur à suivre.

 

Couverture de l'édition poche, chez Folio SF

 

Gagner la Guerre, prix du festival Imaginales 2009, Les Moutons électriques,2009 et Folio SF, 27 janvier 2011

 

A très bientôt,

Antoine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s