The Lost Tales

Avant d’écrire le troisième article sur le nouveau tramway bordelais (ne vous inquiétez pas, il viendra, je vous le promets), je voulais revenir sur un jeu dont j’avais déjà parlé, au début du Blogpaper, qui s’appelait Atlantis – Secrets d’un monde oublié. Après avoir mis la main sur la bande originale de ce magnifique jeu, je me suis rappelé que j’avais promis de copier le manuel du jeu sur mon blog. Je vais donc le faire maintenant ! Il y a des éléments réutilisables pour un jeu de rôle à mon avis !

Jaquette PC du jeu Atlantis

La vie sur Atlantis

L’île d’Atlantis se trouve au beau milieu de l’immense océan Atlantique. L’île est petite, comme les ancêtres des actuels habitants d’Atlantis l’avaient souhaité. Le climat est chaud et doux. Un volcan inactif, mais pas encore éteint, domine l’une de ses extrêmités. Cela aussi, leurs ancêtres l’avaient voulu. Peut-être ne savaient-ils pas pourquoi ils cherchaient à vivre dans un endroit comme celui-là. Il est certain que les générations actuelles qui vivent sur l’île ne se rappellent plus pourquoi, ni quand elles s’y sont installés.

Le peuple d’Atlantis ne sait rien de son histoire. Depuis combien de temps existe-t-il . Comment les premiers habitants sont-ils venus ici ? Il ne fait aucun doute qu’ils appartiennent à la même espèce que les autres humains de la Terre. Et pourtant, ils dont bien différents et bien conscients de leurs différences.

Dans le reste du monde, les hommes s’efforcent de sortir de la préhistoire. Leurs manières sont rudes. Les innombrables tribus voyagent d’est en ouest, du nord au sud, cherchant à triompher des autres, puis elles sont vaincues à leur tour. Bon nombre d’entre elles se sont implantées et organisées en communautés, voire en Etats. De petites villes se construisent, des impôts sont prélevés et des systèmes juridiques élaborés. Mais il est rare que ces Etats survivent longtemps. L’humanité est trop jeune et trop inquiète pour aspirer à la stabilité.

Mais les choses semblent différentes sur Atlantis. Il semble que son peuple a toujours été là, avec ses lois, ses traditions et ses coutumes. Il existe une ville à peine plus grande qu’un village, construite à côté du Palais. Personne ne se souvient quand le dernier bâtiment a été édifié, car les habitants d’Atlantis ont décidé de ne construire que lorsqu’ils y sont obligés.

La population a toujours été stable et préfère conserver les maisons qu’elle a toujours connues. La plupart des gens vivent paisiblement de l’agriculture et de la pêche, comme le faisaient leurs ancêtres. La vie est tranquille et doucement rythmée par le cycle des saisons.

 

Le Palais

Véritable joyau, le Palais est non seulement le plus ancien des édifices de l’île, mais c’est de loin la construction la plus spacieuse et la plus luxueuse. On ne sait pas à quelle date il a été édifié. Ses innombrables appartements somptueux, la salle du trône, la bibliothèque et la mythique galerie des Dauphins ont toujours été là. On peut en dire tout autant de la Tour de la Lune et la Tour du Soleil, légèrement plus petite, tout comme du vaste hangar où sont entreposés les engins volants.

Atlantis est immuable. On dit qu’il existe des recoins cachés dans le Palais dont la construction remonte au temps des ancêtres, mais ce n’est certainement qu’une rumeur. Pourquoi le peuple d’Atlantis aurait-il éprouvé le besoin d’aménager des pièces ou des passages secrets ? Tout n’est qu’harmonie et paix dans ce Palais. Il n’existe pas un climat d’intrigue qui pourrait justifier des rivalités ou des mystères. Une petite ville jouxte le Palais. C’est là qu’habitent les serviteurs et les courtisans.

La Reine

Atlantis a toujours été dirigée par une Reine. Même si l’égalité des sexes prévaut sur l’île, ce sont généralement les femmes qui prennent de préférence les décisions. La Reine actuelle s’appelle Rhéa. Elle est sur le trône depuis treize ans, assistée par le prince Consort. Tous deux possède leur appartement personnel au Palais. La Reine est entourée de ses compagnons, des hommes et des femmes qui passent plusieurs années dans le Palais avant de retourner à leurs occupations traditionnelles auprès de leurs familles. Pendant leur service, ils voyagent avec sa Majesté la Reine et lui tiennent compagnie. Quant au prince Consort, il dirige la garde du Palais et les quelques soldats que l’on peut trouver dans l’île. Leur mission de soldat est d’ailleurs purement honorifique, car personne ne peut se rappeler d’avoir vu naître un seul conflit armé entre Atlantis et d’autres peuples.

En fait, les obligations de la Reine et de son époux sont minimes. Atlantis exige peu ou pas de gouvernement. Le peuple se contente parfaitement de vivre comme il l’a toujours fait, dans une harmonie réciproque. On n’y trouve pratiquement pas de voleur et les mécontentements dépassent rarement le stade des paroles qu’on a tôt fait d’oublier, car tous les citoyens d’Atlantis ont un travail, un toit, des vêtements, de la nourriture et bénéficient des soins indispensables.

 

Festivals

Les principaux évènements de l’année sur l’île sont les deux fêtes de la Lune et la fête du Soleil, de moindre envergure. Mais il existe d’autres occasions majeures de célébration, même si elles sont moins fréquentes : le couronnement d’une nouvelle reine et, bien sûr, l’épreuve. La position du prince Consort est remise en cause tous les sept ans au début de l’automne. Pendant l’été de l’année de l’épreuve, à l’époque de la fête du Soleil, on organise les Grands Jeux au cours desquels les hommes et les femmes participent à un grand nombre d’épreuves d’athlétisme.

Le jeune homme, sacré champion au cours des jeux masculins, doit alors lancer un défi au prince Consort. Si ce dernier est victorieux, il reste en place pensant les sept années suivantes. Mais s’il est vaincu, le prétendant devient le nouveau Consort et sa victoire donne lieu à des festivités générales sur toute l’île, car on pense que l’arrivée d’un nouveau prince est un nouveau gage de prospérité et de bonheur pour le peuple tout entier. Mais il devra à nouveau participer à l’épreuve à l’expiration de la septième année.

 

Le reste du Monde

Quelles que soient les raisons qui ont incité les ancêtres à choisir Atlantis pour patrie, l’expérience montre qu’elles étaient bonnes car cette île a permis à ces habitants de s’isoler des autres hommes. Les Atlantes souhaitent vivement éviter tout contact avec le reste du monde et préfèrent que tous les peuples ignorent complètement l’existence d’Atlantis et de sa civilisation. Ils ne sont pas jaloux de leur savoir relativement avancé, ni de leur architecture, ni de l’énergie du cristal et de leurs engins volants, mails ils trouvent que c’est irresponsable de contribuer au développement du reste du genre humain. Tout contact avec une autre tribu ne pourrait entraîner qu’un déséquilibre, une accélération artificielle du progrès de cette tribu. Le peuple d’Atlantis est convaincu qu’il n’y a absolument pas lieu de se mêler au reste de l’humanité.

En fait, les Atlantes sont un peuple béni car ils possèdent des connaissances acquises grâce aux cristaux. Cette bénédiction est peut-être aussi une malédiction car elle les a obligés à vivre éloignés de tous. Il arrive qu’un certain nombre d’étrangers s’insèrent dans la société d’Atlantis, mais il ne s’agit que de quelques individus isolés qui ne devront jamais retourner dans leur tribu. Ce qu’ils ont appris à Atlantis ne doit jamais s’ébruiter. Etant donné les avantages indubitables et la qualité de la vie sur l’île, le fait d’être séparé de sa propre communauté peut difficilement être vécu comme une punition vraiment cruelle. Ces nouveaux venus sont rapidement intégrés dans la société, se marient et ont des enfants qui sont des Atlantes à part entière.

 

Engins volants

Le peuple d’Atlantis observe régulièrement le reste du monde du haut des airs. Les engins volants construits sur l’île sont sans aucun doute ce qui surprendrait le plus les visiteurs qui échoueraient sur ses rives. On peut voir ces élégants vaisseaux en bois voler dans le ciel à toute heure du jour et de la nuit. Leur principale fonction consiste à faire voyager un équipage d’observateurs qui notent les mouvements de toutes les tribus de la planète, la grandeur et la décadence des cités et des Etats, les guerres et les calamités qui mettent l’humanité à feu et à sang, et sa progression lente mais sûre vers ce qu’on peut appeler la civilisation.

Les engins volant sont de différentes tailles. La plupart sont conçus pour transporter un pilote et plusieurs passagers, tandis que d’autres peuvent en accueillir plusieurs douzaines.

Certains sont utilisés pour porter des messages et ils sont si petits qu’il n’y a de la place que pour le pilote. Le plus grand de tous est le somptueux vaisseau royal, un véritable Palais volant capable de transporter une centaine de personnes. Il a pour mission  d’assurer le vol annuel de la Reine autour de l’île.

 

Les cristaux

Les engins volants sont pilotés par des hommes et des femmes qui ont appris à utiliser l’énergie du cristal, un secret connu des seuls Atlantes. Personne ne sait d’où proviennent les cristaux précieux, ni s’il existe des réserves cachés quelque part ailleurs dans le monde. Sur Atlantis, les cristaux sont petits ou grand, mais leur nombre est limité et baisse de génération en génération. Ces cristaux appartiennent aux famille ou à la Reine, et sont transmis, dans le plus grand respect, d’une génération à l’autre. Les cristaux les plus gros voyages sur les engins volants : ils fournissent au vaisseau l’énergie qui lui permet de se maintenir dans les airs et de se déplacer. Les engins volants sont rarement remplacés, sauf dans les cas exceptionnels d’accident et s’il est possible de récupérer le cristal qui se trouve à bord afin de le réutiliser.

Les cristaux ne peuvent être fabriqués et on ne sait pas où chercher de nouveaux gisements. Les pilotes portent sur eux les cristaux les plus petits, qu’ils ont appris à utiliser pour concentrer l’énergie dont ils ont besoin pour activer les cristaux placés à bord de leur engin. Les enfants, nés dans les familles qui possèdent les cristaux, choisissent souvent le métier de pilote s’ils ont le pouvoir de se concentrer. En offrant un cristal, on est certain de faire un très beau cadeau, car c’est sans doute la chose la plus rare et la plus précieuse au monde. La formation d’un pilote est un processus long et difficile.

Cela peut prendre des mois, même aux apprentis les plus doués, pour savoir se concentrer, harmoniser leur esprit avec la structure minérale de leur cristal, et l’utiliser pour activer et contrôler le gros cristal placé sur l’engin volant. Il ne suffit pas d’être capable de mouvoir un engin en l’air ; il faut aussi connaître sa destination et apprendre à naviguer. C’est sans aucun doute ce qu’il y a de plus difficile dans la formation des pilotes, et cela demande parfois plusieurs années avant d’acquérir à une parfaite maîtrise. Aucun pilote ne peut voler tant qu’il n’a pas passé avec succès les examens théoriques et les tests de navigation spécifiques. Les cristaux sont bien trop rares pour courir le risque de les perdre par inexpérience ou incompétence !  LEs pilotes apprennent à naviguer dans l’espace en mémorisant tout le réseau de lieux répertoriés dans le monde.

Chacun de ses points de navigation est symbolisé par une image particulière. Tout élève pilote soit se souvenir de milliers d’images. Chacune représente l’un de ses voisins et sa place dans le réseau. La plupart des pilotes n’iront jamais que dans une infime partie des points de navigation qu’ils ont dû retenir au cours de leur formation. La majorité de ces images semblent s’effacer de leur mémoire. Et pourtant, si on montre à un pilote une image qu’il a mémorisée, même il y a très longtemps, il lui suffit de se concentrer sur son cristal et son engin rejoindra le point de navigation représenté par cette image. C’est comme si l’ensemble du réseau avait été mémorisé au cours de leur formation non seulement par les pilotes, mais aussi par leur cristal.

 

Les Religions

Le peuple d’Atlantis vénère deux divinités, Ammu et Sa’at. Ammu est la déesse de la Lune. Son culte, qui joue un rôle essentiel, est organisé par ses prêtresses. Il s’agit d’une religion de paix et de compréhension. Ammu est la mère aimante de son peuple et lui fournit tout ce dont il a besoin. Les prêtresses (il n’existe pas de prêtres sans le culte d’Ammu), vivent à la fois sur Atlantis et dans un certain nombre de communautés secrètes réparties dans le monde entier. Les prêtresses disposent de leur propre école de pilotes et de leur flotte personnelle d’engins volants.

Comme la Reine d’Atlantis, la déesse Ammu a un Consort appelé Sa’at, qui est aussi son fils. On raconte qu’un jour, Sa’at, devenu un jeune homme, partit chasser seul sans dire à sa mère où il allait. Il rencontra un monstre marin, une gigantesque créature à la force illimitée. Convaincu qu’il pouvait apprivoiser la bête, Sa’at se trouva bientôt emprisonné dans les puissants tentacules du monstre. Il aurait sans doute péri si Ammu n’était pas venue le chercher. Elle parvint à vaincre le monstre qu’elle renvoya dans son repaire, sous l’océan cosmique. Mais Sa’at avait changé après cette épreuve. Il était devenu instable, inquiet et enclin à commettre de temps à autre des actes de violence aveugle. Il détruisait parfois des mondes entiers sans raison.

Pour lui faire plaisir et apaiser son énergie destructrice, Ammu décida d’en faire son Consort et lui confia la mission de l’aider à gouverner l’univers. Il avait notamment la responsabilité de contrôler la course quotidienne du soleil. En dépit des efforts d’Ammu, Sa’at devint à nouveau anxieux et menaça de continuer ses saccages. Alors Ammu l’envoya combattre un taureau dont elle était certaine qu’il serait capable de le vaincre. Et ensuite, chaque fois que Sa’at semblait insatisfait et perdait son calme, elle avait recours au même stratagème pour apaiser l’agressivité de celui qui était à la fois son Consort et son fils.

Le culte de Sa’at ne joue qu’un rôle secondaire sur Atlantis. Ses prêtres sont moins nombreux et ont des fonctions moins importants que les prêtresses d’Ammu. Cependant, ils organisent chaque année la fête du Soleil, placée sous le signe de la plus vive allégresse, au cours de laquelle les jeunes hommes de l’île prennent part à es compétitions où ils font preuve de force et d’agilité, pour le divertissement et le plus grand plaisir des jeunes femmes d’Atlantis.

Bien entendu, les fêtes de la Lune qui ont lieu deux fois par an revêtent davantage d’importance car elle célèbrent la générosité et la sagesse divine de la déesse bien-aimée.

 

Voilà. J’espère que ces quelques lignes vous auront intéressés !

A très bientôt,

Antoine

Advertisements

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s