Bordeaux, au temps du projet du VAL…

 

 

 

 

Attention, cette note n’est pas là pour jeter de l’huile sur le feu, ni à dire que de toute façon, le VAL c’est trop de la merde etc. Bien qu’étant pro-tram, il est très agréable d’avoir un débat intéressant, avec des idées, avec un pro-métro. Non parce qu’en ce moment, dans Sud-Ouest par exemple, c’est un peu la chasse au « le Tram fut une grosse erreur » et tout ça… Bref, je vous conseille notamment d’aller vers ce forum, où des internautes avec pas mal de bonnes idées et de bons arguments font des propositions de métro (notamment le membre MiKL-One). Vous voyez, même les pro-tram sont ouverts à la discussion !

Non, ce rapide article est là pour vous parler justement du projet que la CUB a longuement débattu, jusqu’en 1994, pour ensuite se tourner vers la solution tram. Avec quelques images à l’appui, je m’en vais vous conter les tenants et aboutissants d’un des derniers grands projets de la municipalité Chaban. Pour enore plus d’infos, je vous conseille de lire les ouvrages que j’ai utilisé pour réaliser cet article : l’Histoire des tramways, omnibus, trolleybus et autobus à Bordeaux, d’Hervé L’HOST, Guy TRECOLLE et Richard VERGER aux éditions du Cabri et Voyages dans Bordeaux, créé par l’association Trans’CUB.

Tout d’abord, il faut remonter en 1958, date de la disparition du dernier tramway. Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que l’ancien tramway n’avait vraiment rien de commun avec l’actuel, celui-ci était vraiment vétuste et inconfortable. Néanmoins, en le modernisant et en mettant de l’argent en plus dans sa conservation, cet ancien réseau de tramway pourrait toujours être en service aujourd’hui, du moins sur quelques sections. Pour vous donner une petite idée de l’étendue du réseau, voici une petite image :

Plan, en 1940, des Tramways Electriques et Omnibus de Bordeaux, issu de l'Histoire des Tramways et omnibus à Bordeaux.

En effet, un réseau de tramways très étendu, mais vétuste. Et ce réseau fut emporté par l’arrivée massive des autobus à Bordeaux, qui étaient véritablement un symbole de la modernité. En 1958, les derniers tramways sont retirés de la circulation et roulez jeunesse ! La nouvelle CGFTE (qui remplace l’ancienne compagnie TEOB) exploite alors un grand réseau de bus, tout droit hérité de l’ancien tramway. Mais bien évidemment, l’arrivée massive des voitures particulières, les préoccupations environnementales, la saturation excessive des réseaux routiers… et voici une CUB asphyxiée dans les années 1980. Un ordre d’idée : en centre ville, à cette époque, la moyenne de vitesse d’un autobus est de… 8 km/h. Pour donner un peu d’air, il faut un projet conséquent de TCSP. En 1986, le maire de Bordeaux (notre bon vieux Chaban) propose un VAL pour décongestionner tout cela, tout en laissant la place en surface à l’automobile. A contrepied de ce qui s’était fait à Nantes et à Grenoble.

Le principe du VAL est voté à la mairie de Bordeaux, mais aussi à la CUB et c’est en 1987 que le premier tracé est dévoilé : Deux lignes, l’une Gare Saint Jean – Sainte Catherine – Comédie – Quinconces – Les Aubiers et l’autre Quinconces – Gambetta – Mériadeck – Tripode. La facture prévisionnelle de cette première phase est de 3,6 milliards de francs de l’époque et la mise en service en 1996. D’autres phases auraient envoyé le métro au campus, à l’aéroport, au parc des Expos et à Lormont. Mais cela bien plus tard…

Si la CUB se lance à corps perdu dans le projet VAL, consulte Matra (créateur du VAL) et lance la revue « Flash Métro », les opposants au projet commencent eux-aussi à se lever contre ce projet, au rang desquelles on peut notamment mentionner Trans’CUB, qui va fortement militer contre ce projet, préconisant plutôt un métro léger (un tramway en fait, mais le mot était encore fortement négatif dans la tête des Bordelais pour l’employer. C’est en 1991 que des avancés dans le projet VAL se font sentir : faute d’argent, on va réduire les projets de lignes mais on va enfin desservir la rive droite. Une ligne pour faire Quinconces – Gare Saint Jean (avec prolongement futur à Ravezies) et une autre Galin – Mériadeck (puis le Tripode plus tard). Une autre ligne en projet compte envoyer le métro à Pessac-Centre. Cependant, comme le trajet fait une traversée de la Garonne, on augmente le tarif à… 5,9 millards de Francs de l’époque. Mise en service prévue en 2000.

Un joli dessin pour tout bien expliqué, que l'on doit encore une fois aux auteurs de l'Histoire des Tramways et omnibus à Bordeaux.

De plus, en cette année 1991, l’on va désigner à la CUB le concessionnaire de ce beau réseau métro ! Matra, la CGFTE et quelques banques sont désignés pour exploiter et gérer le futur réseau. Dans le même temps, une exposition allées de Tourny va vanter les mérites de ce future et beau métro que l’on attend tellement… Si ce n’est que jusqu’en 1994, les associations, Trans’CUB en tête, et la CUB vont jouer au chat et à la souris au tribunal administratif, les opposants faisant annuler les décisions prises en conseil de CUB. Et en 1994, patatras, la déclaration d’utilité publique est annulée et la CUB jette l’éponge. C’est la fin définitive du projet VAL à Bordeaux. Quelques mois plus tard, Alain Juppé gagne les élections municipales et va lancer un projet de tramway… La suite, vous la connaissez…

Le plan du tram, tel que publié dans le premier numéro du journal d'information du tram "1,2,Tram !" de 2000

Enfin voilà, encore une fois, je vous engage à vous documenter sur ce sujet, aux Archives ou à la Bibliothèque, en espérant que ce petit article vous ait plu ! Je vous ai mis juste à la fin de cet article deux liens vers deux vidéos du site de l’INA, sur le métro de Bordeaux !

http://www.ina.fr/economie-et-societe/environnement-et-urbanisme/video/RBC06068054/val-futur-metro-a-bordeaux.fr.html

http://www.ina.fr/economie-et-societe/environnement-et-urbanisme/video/BXC86100306/gironde-le-futur-metro-de-bordeaux.fr.html

 

P.S. : Dernière chose… Je laisse ici une étude amateur faite par le fameux MiKL-One, dont j’ai parlé au début. Etude sur la faisabilité d’un métro à Bordeaux. Très très intéressant et vraiment bien écrit ! les-transports-en-commun-de-la-communaute-urbaine-de-bordeaux

Publicités

7 commentaires

  1. Très intéressant ton article ! Ton plan de 1940 est super aussi, on voit qu’il y avait le futur bassins à flot n°3 qui maintenant est occupé par la Base sous-marine (ahh la base sous-marine mon amour héhé..). Le projet de Mickl-One est plutôt bien fichu, je suis comme toi : pro-tram, mais c’est clair que ça invite au débat !

    Mais avec des travaux de construction d’un métro (surtout aérien) rive gauche on risque de déranger les gentils messieurs de l’UNESCO, car là on touche à la fois au périmètre inscrit patrimoine mondial et à la zone tampon (rive droite)…

    1. (La base sous marine, ton éternel amour ^^)
      Là est le problème : si l’on ne veut pas se prendre des reproches de la part de l’UNESCO, on est obligé de faire ça en souterrain, et donc ça engendre des coûts de fabrications maximums (a moins de réutiliser la passerelle Eiffel comme viaduc de métro…)
      En tout cas, merci de m’avoir lu ! Pour le plan de 1940, clair qu’il est joli. Merci aux auteurs de Histoire des tramways, omnibus, trolleybus et autobus de Bordeaux de l’avoir retrouvé !

  2. Je découvre cette page. C’est bien de travailler sur l’Histoire ancienne et récente, j’encourage. Mais concernant l’idée d’un Métro, j’invite à travailler un peu mieux sur l’Histoire très récente.
    A l’époque où Chaban et la CUB se sont bagarré contre l’association Transcub qui faisait ressortir l’absurdité du projet, il y a eu des débats publics. Dommage qu’on n’en fasse pas mention ici. Ces débats public ont montré aux bordelais la folie de l’hypothèse tramway. Pour des raisons d’ordre géologique.
    Le sous-sol de Bordeaux – comment peut-on l’ignorer ??? – est une alternance de sable, de marne, de poches d’eau, de calcaire, et parfois… de rien du tout (vide). Tout cela est connu. Le rapport de la CUB évoquait déjà la nécessité d’une (je cite) « certaine dose de chance » pour qu’un tunnelier puisse creuser sans problèmes.
    L’acharnement de la CUB et de Chaban est vite devenu suspect.

    D’autant que Bordeaux n’a pas manqué d’alertes :
    – Centre Saint-Christoly : le chantier a provoqué une baisse de la nappe phréatique, laquelle a mis à découvert des pieux de bois soutenant une chapelle de la cathédrale (et non toute la cathédrale, comme le dit une rumeur tenace mais complètement fausse).
    – chantier de l’Alhambra (ça commence à dater) : malgré les avertissements, on creuse… le lendemain, le chantier est recouvert de 1 à 1,50 m. d’eau.
    – chantier de la Cité Mondiale (Chartrons) : le creusement provoque des désordres graves dans les immeubles en pierre voisins. Tous les habitants sont relogés pendant un an. Un bulldozer est tombé dans des sables mouvants, et le conducteur n’a eu que le temps de sauter de l’engin, sinon il aurait été emporté avec. Etc…

    Les ingénieurs ont avancé l’idée du creusement par congélation des sols (technique éprouvée, puisque utilisée pour le Métro de Paris) : on peut donc creuser même dans la boue. Sauf que ça ne peut pas être utilisé sous des constructions pour une raison simple : la congélation dilate, les immeubles sont poussés vers le haut, et ça fissure. Puis, dans les mois qui suivent, le sol décongèle, reprend son volume initiale, redescend, et les immeubles continuent de fissurer.

    Quand on songe que le Musée d’Aquitaine est intégralement construit sur pieux en bois, que dans le Cours Pasteur un paté de maison est en limite de charge du terrain (donc qu’il ne faut absolument pas toucher au sous-sol) et que l’on voulait creuser à 3 mètre d’un pilier de l’église St-Marie, elle aussi en limite de charge du terrain…

    Au vu de tout cela, on se dit qu’il était urgent que ce projet de métro soit abandonné. Et si la CUB s’est tant entêté à le maintenir, c’est que les intérêts étaient certainement « autres » que ceux de Ville et de ses habitants…

    Bref, qu’il y en ait aujourd’hui pour nous servir à nouveau l’hypothèse d’un Métro à Bordeaux, je regrette de le dire, mais c’est surtout l’œuvre de gens ne sont pas documentés. Tout ça n’est pas sérieux. Et je trouve un tantinet agaçant que toutes les discussions qui ont eu lieu à l’Athénée Municipal soient oubliées, et que les « porteurs » d’idées actuels se comportent comme si les bordelais de l’époque n’avaient pas déjà réfléchi ! Ah… refaire le monde… refaire le passé…. comme on était plus intelligents aujourd’hui qu’hier…. c’est symptomatique d’une certaine forme de nombrilisme.

    1. Merci pour votre commentaire 😉

      Et merci pour ces compléments d’information qui m’éclairent pas mal. Je n’avais pas d’infos sur le chantier de la Cité Municipale (ni sur celui de l’Alhambra d’ailleurs).

      Je ne peux être que d’accord avec vous sur le fait que le tram était nécessaire et indispensable et que c’était la seule solution viable pour Bordeaux. Et je suis tout aussi énervé que vous lorsque je lis/entends pour la centième fois qu’on aurait dû faire un métro… De toute façon, dès qu’on effleure le sujet des transports en commun , on doit s’attendre à ce que tout le monde ronchonne.

      J’ai mis le lien vers l’étude sur un hypothétique métro en fin d’article car je le trouvais plutôt bien écrit et plein d’arguments, pour lancer un débat en fait. Et que vous répondiez avec des contre-arguments me fait d’autant plus plaisir !

      Cela permet également d’engager des réflexions sur le futur du réseau bordelais, car le tram devient de plus en plus victime de son succès. Il apparaît qu’il faut développer des solutions. Mais lesquelles ?

      En tout cas, au plaisir de vous lire encore une fois !

  3. « Bref, qu’il y en ait aujourd’hui pour nous servir à nouveau l’hypothèse d’un Métro à Bordeaux, je regrette de le dire, mais c’est surtout l’œuvre de gens ne sont pas documentés. »
    Avant d’avancer de telles choses, lisez d’abord leurs écrits !

    Vous parlez de Trasn’CUB. Elle a eu un discours largement mensonger, en parlant d’un tramway aussi efficace que le métro mais pour 4 fois moins cher, en parlant d’un système anxiogène qui serait la cible d’attaques de voleurs, d’un système peu sûr dont les rames disparaissait intempestivement des écrans de contrôle (en généralisant à partir d’un cas hors exploitation).
    Au final, même Trans’CUB a proposé un tronçon en tunnel, comme quoi, ça devait pas si être impossible que ça.
    Surtout dans votre argumentaire vous ne mentionnez qu’une technique de creusement, le tunnelier. C’est une technique parmi d’autres. Et notamment à côté de la technique de la tranchée couverte, utilisée par exemple pour le creusement du métro lyonnais (ligne A) ou parisien (ligne 1). Tous les documents techniques, parfois officiels sur les techniques de creusement attestent de ce que cette technique est bien plus sûr que celle du tunnelier et permet des stations bien plus accessibles. Et ça tombe bien, un métro à Bordeaux pourrait pour l’essentiel tout à fait suivre les voies de surface existantes. Sans compter qu’un métro peut aussi être aérien.

    Enfin, je veux revenir sur une idée trop courante et bien trop simpliste : le tram victime de son succès. TBC avait fait de la pub : On vous attendez 200000 vous êtes 300000. Il y a juste une erreur de 50% ! Qui peut se permettre une telle marge d’erreur. Un système sous-dimensionné n’est pas victime de son succès mais de l’imprévision des porteurs du projet. Mettez un TGV de 50 places entre Bordeaux et Paris, diriez-vous que le train est victime de son succès ? Dans ce cas, là, c’est encourager l’imprévision puisque l’imprévision est nécessairement source de succès !

    1. Exact, la technique de la tranchée couverte aurait été adapté pour Bordeaux !

      Mais les élus sont responsables : « il faut pas gêner le trafic automobile » …

      Vision dogmatique qui a été extrêmement préjudiciable à Bordeaux !
      Bravo les élus politiques !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s