[Chronique CD] Nightwish – Imaginaerum

En cette fin d’année propice aux achats de Noël, deux albums de deux de mes groupes préférés sortaient avec quelques jours d’écart. Le premier était le best-of de Rammstein, Made In Germany, qui est un bon best-of, avec le très bon inédit Mein Land (je ne le chroniquerais pas ici, mais si vous ne connaissez pas Rammstein, je vous le conseille absolument). Le deuxième était le nouvel album de Nightwish, Imaginaerum, qui sort 4 ans après le dernier opus du groupe finnois, Dark Passion Play. C’est un projet très ambitieux, puisque cet album se veut la bande son du film du même nom, que Nightwish a tourné. Beaucoup d’ambition, et c’est très bien, car l’ambition, il en faut. Maintenant, pour quel résultat ?

Le principal changement que l’on peut noter, avant de rentrer dans l’album en lui même, c’est le changement de statut d’Anette Olzon, qui était encore « la remplaçante de Tarja » dans Dark Passion Play et qui est, pour Imaginaerum, « la chanteuse de Nightwish ». Il faut avouer que, même pour moi qui suis un fervent fan du Nightwish façon Tarja, Anette s’est très bien débrouillée pour son premier album, permettant un changement intéressant pour le groupe, devant compter sur une voix moins symphonique que celle de Tarja. Un bon premier album et une tournée plus tard, voici Imaginaerum, qui va permettre de confirmer. En tous les cas, on l’espère.

La jaquette (fort jolie) d'Imaginaerum, via Ondes de Rock

Il faut avouer que l’objet en lui même est plutôt joli. Un cover art réussi (alors que bon, les jaquettes de Nightwish sont rarement transcendantes) et un beau digipack (la seule édition proposée à ma FNAC) qui comprend deux disques : le CD en lui-même et un CD comprenant toutes les versions instrumentales. Initiative intéressante. En tout cas, un bel objet à mon goût. Maintenant, parlons de la musique. Je ne ferais pas un résumé piste par piste, mais une impression globale, après ma troisième écoute.

Bon, ne tournons pas autour du pot : je suis plutôt déçu. Vraiment. Je veux dire, les musiques sont pas mal, agréables à écouter, Anette chante bien, aucun souci… Mais que c’est fade. Que c’est convenu. Que c’est déjà écouté. De nombreuses fois, je me suis dit : « Tiens, on dirait Oceanborn… Là, c’est du Once. Ici, c’est plus du Century Child… ». Dommage car certaines musiques ne manquent pas de panache (I want my tears back, The Crow, the owl and the dove, Last ride of the day, même Storytime), mais on a cherché à mixer ces compositions avec des airs déjà entendus dans le passé nightwishien. Quand au classique morceau de plus de 10 minutes…. Autant « The Poet and the Pendulum » dans Dark Passion Play était épique et magnifique, autant dans cet album, « Song of myself » se traîne en longueur et on ne demande qu’une chose : Abrégez ! Et pour la musique de fin, « Imaginaerum », c’est un bon gros mix instrumental des morceaux de l’album, mais flûte, pas un morceau pour finir un album ! Plus pour finir un film…

Et c’est là où le bât blesse : Nightwish a vraiment conçu cet album comme un bande originale de film, ce qui est à la fois sa grande qualité (une certaine dimension cinématographique) et son plus grand défaut. Ca manque de cohésion, de surprise, d’épique… Bref, ça manque de l’identité de Nightwish, qui s’efface devant les impératifs de composition des musiques de films. Je ne sais pas si je suis très clair… Mais bref, ça manque vraiment de spontanéité et de talent.

Peut-être qu’avec le film, on trouvera que cet album est vraiment parfait. Et en tout honnêteté , il est agréable à écouter, pas mal, comme une BO de film… Mais pas comme un album de Nightwish. Ce qui fait qu’Imaginaerum est dans le bas de ma liste des albums du groupe. Ça résume l’album : bien, mais pas top.

Line-up :
Anette Olzon – Chant
Tuomas Holopainen – Claviers
Marco Hietala – Basse et chant
Emppu Vuorinen – Guitare
Jukka Nevalainen – Batterie

Tracklist :
1. Taikatalvi
2. Storytime
3. Ghost River
4. Slow, Love, Slow
5. I Want My Tears Back
6. Scaretale
7. Arabesque
8. Turn Loose The Mermaids
9. Rest Calm
10. The Crown, The Owl and the Dove
11. Last Ride of the Day
12. Song of Myself
13. Imaginaerum

Label : Nuclear Blast
Sortie : 5 décembre 2011

Publicités

3 commentaires

  1. Un peu déçu aussi, sympa sans plus j’en espérai peut être trop après 4 ans d’attente. J’ai quand même quelques coups de coeur, la ballade jazzy Slow, Love, Slow (bien que je regrette le peu de métal sur cet album, le Nightwish version jazz j’adhère complètement) et Ghost rivers pour les intonations de voix d’Anette. Par contre j’ai de la peine avec I want my tears back (les influences celtiques sur Dark Passion Play me plaisaient nettement plus, et Song of myself qui commence pas mal du tout mais traîne en longueur.

    1. Assez d’accord sur le morceau jazz, qui me surprend agréablement au fur et à mesure des écoutes. Et c’est vrai que les sonorités celtiques font un peu plus « gadget » sur Imaginaerum que sur Dark Passion Play.

      En tout cas, merci d’avoir pris le temps de me lire et d’avoir laissé un commentaire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s