La pellicule Kodak ou la nouvelle madeleine de Proust

Je pense que la nouvelle a dû vous parvenir, malgré les présidentielles et le bateau qui navigue sur l’eau et qui coule, mais Kodak, l’entreprise américaine de matériel photographique, vient de se placer sous la protection du chapitre 11 sur la loi américaine sur les faillites. Ce qui veut dire en gros que l’entreprise continue son activité, mais qu’elle est quand même super mal en point et qu’il ne serait pas étonnant qu’elle disparaisse corps et bien dans quelques temps.

Ancien logo de Kodak. Source : Dvelec

Alors bien sûr, je ne suis pas un photographe professionnel et le seul appareil photo qu’il me reste à la maison, c’est un Panasonic Lumix numérique, qui me suffit bien assez pour les quelques photos que je fais. Mais la fin de Kodak me fait écraser une petite larme, nostalgique que je suis. Parce que Kodak est rattaché à mon enfance et à de nombreux souvenirs.

Il n’est pas question de plaindre Kodak sur sa faillite : ils n’ont pas réussi à prendre le virage du numérique et l’entreprise s’est fait plomber par les nouveaux leaders du secteur : Nikkon, Canon, Sony, Panasonic et j’en passe. Mais voilà, la disparition de Kodak, c’est un évènement important pour beaucoup de monde, à mon avis.

Une pub française vantant la pellicule Kodak Gold. Crédits : INA et la Dépêche du Midi

Dans mon enfance, quand on achetait des pellicules pour notre appareil photo, c’était pour la plupart des Kodak. Je n’ai jamais su pourquoi, mais moi ça m’allait. J’aimais beaucoup la couleur des boîtes des pellicules Kodak, orange avec des liserés de couleur. Et puis, l’attente entre le moment où l’on dépose la pellicule pour la développer et celle où on retourne la chercher au magasin pour voir les photos développées. Bien sûr, pour moi, c’était de la magie et je ne comprenais pas comment on pouvait passer de la pellicule à la photo que j’avais entre les mains.

A cette époque, il y avait trois grands dans les pellicules (en tout cas, dans mes souvenirs) : outre Kodak, il y avait Fujifilm et ses boîtes vertes et Agfa et ses boîtes blanches. Il y avait aussi Polaroid, mais c’était un cas à part et pour moi, Polaroid représentait le grand luxe. Ce qui faisait des magnifiques murs de pellicules avec trois couleurs dominantes chez les revendeurs. Pour le commun des mortels, qui ne se passionnent pas forcément pour la photographie, difficile de savoir quelle pellicule était la meilleure. Et chaque famille avait une marque qu’elle prenait habituellement. Chez nous donc, c’était les pellicules Kodak Gold.

Quelques exemples de pellicules Kodak Gold. (Site : PhotoWeb.ru)

Et puis, il y avait cet accessoire indispensable pour toute sortie d’écolier : l’appareil photo jetable ! C’était si pratique pour les parents. Au moins, on ne confiait pas à la progéniture un vrai appareil qui coûtait cher, avec le risque de le retrouver abîmé, quand il n’était pas perdu. Avec l’appareil photo jetable, les enfants faisaient leurs photos et hop, on développait au retour, tout simplement. Par contre, je vous avoue que je ne me souviens plus du prix d’un appareil photo jetable à l’époque. 60 francs ? 70 francs ? Impossible de me souvenir… Si quelqu’un s’en souvient.

Ainsi donc, une féroce bataille s’engageait lors des sorties d’école entre le Kodak Fun et le QuickSnap de Fujifilm, Agfa étant franchement outsider dans les classes où j’étais. Le plus souvent, pour moi, c’était le Kodak Fun, avec sa couleur orange et rouge s’il était sans flash, orange et bleu s’il avait un flash. Classe nature, classe patrimoine… Les Fun et QuickSnap m’ont accompagnés partout. Le dernier souvenir que j’ai d’un appareil phot jetable, c’était pour mon voyage en Italie en 2002. Et après vérification sur les clichés développés, c’était un Fujifilm.

Un vieil appareil Kodak Fun sans flash, trouvé sur Ferapask.altervista.org

Oui, aujourd’hui, on peut développer facilement et en quelques minutes des clichés avec les appareils numériques. Mais sincèrement, je ne le fais plus vraiment. Mon album photo s’est arrêté vers 2005, date à laquelle on a commencé à prendre exclusivement des photos en numérique. Et finalement, ça manque un peu. Voire beaucoup. Je n’ai jamais eu assez de connaissances pour trancher le sempiternel débat « L’argentique est-il mieux que le numérique ? » (D’ailleurs, quel système a la meilleure qualité d’image ? Merci de me donner un coup de main pour répondre à cette question !) mais à la rigueur je m’en fous. Pour moi, l’argentique, ça représente toute mon enfance.

Kodak est sur son lit de mort et les autres anciens grands de la pellicule se sont reconvertis dans le numérique, soit ont coulé. Avec ce petit article, je voulais parler de ce que Kodak et l’argentique ont symbolisé pour moi, pour mon enfance. Et ça doit être pour ça que je suis triste que Kodak ferme. Pour toutes ces photos ratées, mal cadrées, énigmatiques que j’ai découvert après développement, pour ces albums remplis qui resteront longtemps dans la famille, merci Kodak.

"Kodak, c'était bien !", planche dessinée par Martin Vidberg sur son blog L'actu en patates, le 19 janvier 2012. (http://vidberg.blog.lemonde.fr)

Advertisements

2 commentaires

  1. La question argentique/numérique est vaste et dépend de la sensibilité de chacun. Si tu veux je t’en causerai en détail la prochaine fois qu’on se croise.

    Et pour info dans mon souvenir un appareil photo jetable c’était assez cher, ça coûtait dans les 70 francs.

  2. En effet, le débat sur l’argentique est complexe et fouillé, mais il se situe surtout à des niveaux professionnels ou, du moins, de haut amateurisme. Le numérique a apporté considérablement à la photo « souvenir », qui est chargée de remémorer un instant, de rappeler un voyage, avant de représenter une oeuvre quelconque( Image et image de l’image…).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s